La Roche Mère
La Roche Mère

Fausses pierres etc..

Faux minéraux, fausses pierres, pierres traitées et fausses appellations....tout ce que vous ne trouverez pas à La Roche Mère

extrait de "La Voie des Pierres et des Cristaux"

de Regina Martino

 

Pour bien utiliser les conseils et appliquer les méthodes de la Lithothérapie bioénergétique, il est évidemment essentiel d’avoir et de se procurer des pierres et cristaux naturels. Dans le cas contraire, les effets ne peuvent être présents ou alors ils seront faibles ou même différents selon les cas.

Les pierres peuvent être polies ou/et taillées, mais ne doivent pas avoir subi des traitements artificiels qui viendraient à dénaturer leur signature vibratoire et énergétique.

Depuis l’antiquité l’Homme a essayé de récréer la beauté de la nature. Il a réussi à imiter les plus belles pierres et gemmes, parfois dans un but uniquement décoratif et d’autres fois pour tromper ses semblables.

L’art de l’imitation des pierres et gemmes n’est pas, comme on pourrait le croire, un fait directement issu de notre société de consommation où la contrefaçon est devenue chose assez courante: les Romains coloraient déjà les agates, les anciens égyptiens fabriquaient des fausses turquoises. Au Moyen-âge les techniques de contrefaçon était déjà bien au point et décrites dans certains ouvrages*, on expérimentait notamment différentes techniques pour teinter le verre dans le but de créer de parfaites imitations des gemmes. Tout au long de l’histoire on trouve des traces de ces techniques de contrefaçon et d’imitation. C’est surtout sur le marché des pierres précieuses et des gemmes que les imitations, les traitements et les pierres de synthèse sont à redouter à cause de leur grande valeur.

Cependant, on trouve même sur le marché actuel des pierres destinées à la lithothérapie quelques fausses pierres ou des pierres traitées pour en changer la couleur ou pour en améliorer leur aspect.

 

*Anne-Françoise CANNELLA/Gemmes, verre coloré, fausses pierres précieuses au Moyen Age

 

Ci-dessous celles que l’on rencontre le plus couramment :

pierres traitées

Citrine / amèthyste chauffé

Aujourd’hui la plupart des citrines qui se trouvent sur le marché des minéraux sont en fait des  améthystes chauffées. Chauffer une améthyste permet de transformer sa couleur violette en jaune clair ou foncé selon la température. Cette pratique de faussaire s’est développée car la citrine naturelle est rare et beaucoup plus chère que l'améthyste chauffée. On trouve toutes sortes de faux, y compris de très grandes géodes, et un œil exercé pourra reconnaître la plupart des falsifications à leur couleur qui tire légèrement sur l’orange.

Nous avons testé énergétiquement les fausses citrines, et avons constaté que la couleur subtile violette de l’améthyste persiste et se mélange avec la nouvelle information jaune légère provenant de sa transformation par chauffage. Ce n’est pas une vibration négative mais il s’agit néanmoins d’une information incertaine et trompeuse. Utilisez plutôt des citrines de couleur jaune pâle à jaune or, parfois légèrement brun chaud : c’est leur couleur naturelle.

Amétrine

L’amétrine naturelle est constituée par de l’améthyste et de la citrine. Pour les faussaires, chauffer de l’améthyste pour « créer » de l’amétrine a le même intérêt que pour la citrine. Beaucoup d’amétrine provient donc d’un chauffage artificiel partiel. On peut identifier la fausse amétrine, surtout sur les gemmes, grâce à une ligne de démarcation trop nette entre les deux couleurs.

Ambre traité

’ambre Tout comme de nombreuses autres gemmes sont traitées et stabilisées pour faire ressortir l'éclat et la brillance, plusieurs traitements similaires sont utilisés sur l'ambre. Il est refondu avec des solvants, il est chauffé jusqu'à laisser des fractures discoïdes, ou jusqu’à produire les célèbres paillettes "soleil". L’ambre qui n’est pas transparent en raison de minuscules bulles de gaz peut être clarifié dans l'huile bouillante. Dans certains cas il est traité dans une chambre à gaz vide (autoclave) ou dans un four chauffé avec de l'azote ou de l'argon. Dans d’autres cas, on a vu des cabochons d’ambre peints et réchauffés pour donner une couleur verte à la pièce. Enfin, vous trouverez également beaucoup d’ambre qui n’est en réalité qu’une matière de synthèse constituée par des résines artificielles (en gros, du plastique : résines polyester ou acryliques, époxy plastiques, etc.), ou même du verre coloré. L’aspect de l’ambre trafiqué est bien différent de l'ambre brut trouvé dans une mine ou au bord de la mer Baltique. Mais il est certainement plus attrayant à l'œil. Présentées dans un cadre élégant, le client ordinaire et un peu naïf peut se sentir attiré par ces belles couleurs jaunes et transparentes. Surtout lorsqu’il est montré comme un produit de qualité supérieure et spéciale. Et on peut même obtenir un certificat attestant qu'il s’agit d’un véritable ambre de la Baltique. Mais, hélas ! L’ambre naturel de la Baltique dans sa forme originale n'est pas la règle aujourd'hui sur le marché mondial, et même les certificats ne sont pas toujours authentiques non plus. En conséquence, ce que vous trouverez majoritairement est un produit industrialisé largement diffusé et, malheureusement, cette tromperie touche beaucoup de gens. Souvent, le type de traitement (amélioration) n'est pas déclaré par le vendeur, que celui-ci présente des gemmes de joaillerie ou de l’ambre-plastique sur un marché. Il arrive aussi que des joailliers ne connaissent pas suffisamment l’ambre ou ne soient pas disposés à étiqueter clairement leurs produits. L’Ambre naturel des pays baltes exploite encore une renommée basée sur des siècles d’Histoire. Il existe certainement encore quelques artisans des pays baltes qui honorent cette vieille tradition et travaillent de l’ambre naturel. Toujours est-il que je vous conseille plutôt de porter votre choix sur l’ambre originaire de la République Dominicaine ou sur du copal de Colombie ou de Madagascar qui restent encore peu traités. A signaler toutefois que le copal de Colombie est parfois traité et vendu comme ambre verte.

d'autre pierres traitées ou teintées ou fausses

Turquoise 

La turquoise, malheureusement, est l’une des pierres qui a stimulé le plus la créativité des faussaires. On trouve des howlites ou des magnésites teintées de couleur turquoise car elles sont bien moins rares et chères, des poudres de turquoise compactées avec des résines synthétiques, ou des poudres d’autres minéraux teintées et consolidées avec des résines plastiques. Les faussaires vont également s’employer à donner un air patiné et ancien à leur production. On trouve assez couramment des pierres vendues comme d’« anciennes turquoises du Tibet » mais n’oublions pas que le Tibet est envahi par la Chine depuis 1959 et que les chinois sont des experts dans le domaine des pierres, que celles-ci soient vraies ou fausses.

Lapis-lazuli 

Une grande partie du lapis-lazuli que vous trouverez dans le commerce est teintée. Il s’agit de lapis-lazuli de très basse qualité comprenant beaucoup de calcite (blanche) dont la couleur est rehaussée par une imprégnation de colorants bleus. De la howlite blanche sert également de support pour fabriquer de faux lapis lazulis. Le véritable lapis-lazuli entièrement bleu est rare et cher. Il est préférable de se procurer des spécimens où l’on distingue des traces blanches (un traitement les aurait fait disparaître) ou d’être certain de leur provenance.

Topaze bleu

Malheureusement la couleur d’un bleu ciel soutenu de certaines topazes n’est pas naturelle. Les bleus vifs disponibles sur le marché ont tous été obtenus par le traitement d’une topaze claire, d'abord en subissant une irradiation (rayons gamma), puis en les chauffant. Le changement de couleur est stable et permanent, mais il y des doutes quant à la sécurité de ces traitements. Nous avons fait des tests bioénergétiques et nous pouvons déceler qu’elles émettent une légère nocivité. Nous déconseillons donc de porter les topazes gemmes d’un bleu ciel soutenu trouvées en bijouteries et tout particulièrement pour leur utilisation au niveau du 5ème chakra, lieu où se situe la glande tyroïde. Il est préférable d’utiliser des pierres brutes ou roulées d’un délicat bleu pâle, qui sont très efficaces et naturelles.

Agate teintée

  On trouve des agates teintées de toutes les couleurs possibles et imaginables. Certaines d’entre elles en deviennent même surréalistes. L’agate est une pierre poreuse, déjà rehaussée avec diverses couleurs depuis l’antiquité. Mais les pierres naturelles peuvent aussi présenter une grande variété de belles couleurs.  

Cristal de roche coloré

Le cristal de roche : Il est artificiellement chauffé pour le craqueler afin qu’il puisse absorber les différentes couleurs qu’on veut y inclure. Le cristal de roche teinté est vendu très peu cher et attire souvent l’attention des enfants, peut-être parce qu’il évoque des bonbons ou autres sucreries.

Agate craquelé

Fausse appellation pour cette Agate craquelée orange qui est vendue comme une agate de feu. l'effet craquelé est obtenue en chauffant la pierre

Pierres fausse et imitations

Fausse obsidienne verte ou bleue :

  Il s’agit de verre industriel. De nombreuses imitations d’obsidiennes et « inventions » de nouvelles variétés d’obsidiennes sont faites avec du verre, car l’obsidienne est un verre naturel et sa structure amorphe ne lui permet pas d’être distinguée du verre avec une simple loupe. Mais dans la nature on ne trouve jamais des couleurs vives d’obsidienne transparente. Certains escrocs lui trouvent des qualité énergétiques et la vendent très chère, mefiez vous !

Faux cristaux

Cette photo  nous montre un assortiment de déchets de verre aux couleurs éclatantes et joliment décoratives. Mais certains de ces verres sont parfois vendus par des commerçants ignares ou malhonnêtes comme des cristaux. Il existe des sites internet qui vantent les pseudos qualités énergétiques de cristaux commercialisés sous un ® registered mark. J’ai pu tester énergétiquement qu’il s’agit soit de verre soit de cristal industriel. Ces sites prétendent que ces objets ont des propriétés énergétiques exceptionnelles et sont très rares, ce qui est sensé justifier des prix bien évidemment élevés. Ce genre de montage commercial ne tient cependant pas longtemps l’examen d’une étude scientifique menée par un minéralogiste. Je rappelle pour mémoire que les cristaux Swarovski proviennent d’une production industrielle, et que cette marque ne cache pas du tout l’origine industrielle de ses produits.

Opalite

 Il existe un produit, vendu comme une pierre, qui est appelé opalite. Il s’agit simplement d’un verre opalin industriel, comme celui qui est utilisé par René Lalique pour ses bijoux et flacons de parfums style art nouveau et art déco. C’est un joli produit décoratif mais énergétiquement totalement inefficace. Certains le vendent comme pierre de lune.

Fausse pierre de soleil

On trouve dans le commerce une « pierre » artificielle  vendue comme pierre de soleil  d’une couleur brun/roux avec des paillettes dorées.  C’est du verre industriel, qui reprend les techniques des verriers de Murano.  Elle est (presque) jolie mais son effet énergétique est totalement inexistant. Elle est maintenant vendue en bleu nuit avec pailletes bleu ou en vert foncé avec des paillettes vertes...

Fausse moldavite

On trouve aussi des fausses gemmes de Moldavite : est-ce de la moldavite ou un fond de bouteille de bière ? La moldavite est un verre naturel et il est difficile de la départager à la loupe d’un simple verre industriel. Par contre un test énergétique révélera immédiatement une énorme différence

Fausse jadeite

 Jade asiatique (verre) : Il est très fréquent de trouver du simple verre vendu comme du jade par des marchands sans scrupules (surtout des lots de petits objets identiques à très bas prix). Le marché du jade est donc malheureusement pollué par de nombreux faussaires.